Updated: Jan 11, 2021

  • D'après les premières remontées d'information en Californie, une large partie du personnel médical prioritaire sur la vaccination, entre 30% et 50%, refuserait d'être vaccinée (cf. graphique ci-dessous). Parmi les raisons évoquées:

  • Risque inutile. Les infirmiers et docteurs qui n'ont pas encore contractés le virus malgré une exposition sur plusieurs mois en 2020 pensent pouvoir continuer à éviter la contamination avec les gestes barrières. Et même en cas d'infection, ils pensent avoir de bonnes chances d'y survivre, le risque associé au covid-19 étant exagéré.

  • Risque incertain. Le personnel médical redoute des effets secondaires et ne veut pas servir de cobaye. Il a perdu confiance dans l'industrie pharmaceutique, le CDC et se questionne sur une possible influence politique dans la validation du vaccin.

  • Risque sur la grossesse. Les femmes enceintes, ou qui veulent le devenir, ne veulent pas prendre le risque du vaccin qui n'a pas encore été testé dans ce cas d'utilisation.

  • Pendant ce temps, en France, la campagne de vaccination piétine sous les critiques de la presse américaine. Mercredi dernier, 19.500 vaccins (seulement) avaient été administrés, contre 370.000 en Allemagne. Là aussi plusieurs arguments ont été avancés pour expliquer cet état de fait:

  • Le scepticisme des français sur les vaccins et les mouvements antivaccins. 60% des français seraient ainsi enclins à refuser le vaccin selon une enquête Ipsos, le double de la proportion des américains qui refuseraient le vaccin (30%).

  • Les démarches 'bureaucratiques' pour l'accès au vaccin. Une consultation avec le médecin environ 5 jours avant que le vaccin ne soit injecté et le consentement du patient ralentissent le processus de vaccination.

  • De manière concomitante, on apprend qu'une variante du virus apparue en Afrique du Sud en août dernier, et non relié a la variation B.1.1.7 de Londres, serait susceptible d'être 'plus résistante' aux vaccins.

Lecture:

  • Comment ne pas comprendre la réticence des français vis-à-vis de la campagne de vaccination alors même que celle-ci est loin de faire l'unanimité dans le corps médical aux Etats-Unis? Et pourquoi l'approche française est-elle si décriée par la presse Anglo-Saxonne? Le consentement du patient avant toute injection ferait-il peser une menace sur la chaine de distribution du vaccin et l'engagement de l'industrie pharmaceutique sur le vaccin? Autant de questions (rhétoriques) qui traduisent des tensions en matière de santé publique, qui ne manqueront pas de s'accentuer si des variations résistantes du virus venaient à se répandre…

(Références ici, ici et )

Updated: Jan 6, 2021

  • L'Angleterre a renforcé son confinement tout en l'étendant à la nation toute entière dans son effort pour contenir la nouvelle variante du virus (dite B.1.1.7). Toutes les écoles sont maintenant fermées, ainsi que les bars, restaurants et salons de coiffure. Et il est demandé aux habitants de limiter leurs sorties pour faire du sport en extérieur à une par jour. Ce confinement devrait rester en place jusqu'en mars.

  • L’Écosse est également entrée mardi dans un confinement du même type pour au moins tout le mois de janvier, rejoignant de par la même l'Angleterre et ses voisins déjà confinés, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord.

  • La variante B.1.1.7 apparue en décembre à Londres s'est déjà répandue à plusieurs autres pays (cf. cartes ci-dessous) et serait responsable de plus de la moitié des nouveaux cas d'infections au Royaume-Uni, environ 50.000 par jour. D'après une étude de "l'Imperial College of London", cette variante aurait une transmissibilité accrue (entre 50% et 70%) et toucherait plus les moins de 20 ans que les autres variantes. D'autres experts s'attendent par ailleurs à ce que la probabilité de développer des formes graves et la mortalité restent similaires à celles des autres variantes, et que l'efficacité des vaccins ne soit pas remise en cause.

Lecture:

  • Nous avons déjà croisé "l'Imperial College of London" dans cette revue de presse et souligné son implication dans la course aux vaccins, raison pour laquelle il s'est vu octroyé des dons de la part du gouvernement et de fondations 'philanthropes'. Mais notons ici que l'étude en question a été réalisée en coopération avec l'équipe du docteur Neil Ferguson, ce docteur britannique qui avait convaincu le Royaume-Uni de la nécessité du confinement en exhibant des simulations apocalyptiques début 2020 mais qui recevait chez lui sa maîtresse, une femme mariée vivant de l'autre côté de Londres, pendant le confinement (voir l'étude ici et l'équipe ici et aussi cf. post du 3 juin).

  • On ne peut donc qu'être très méfiant avec les résultats avancés par cette étude…D'autant plus qu'elle justifie le confinement de l'Angleterre et force à la vaccination comme seule porte de sortie. Le pays, qui avait été l'un des tout premiers à valider l'utilisation du nouveau vaccin, envisage en effet de vacciner près de 14 millions de personnes d’ici mi-février.

(Références ici, ici, ici et et )

Avant toute chose, très bonne année 2021 à tous!

Et pour commencer cette année: une annonce.

En 2021, le BlogaBJ va diminuer la fréquence de ses post (à environ 1 ou 2 par semaine) pour se concentrer sur l'écriture d'un livre synthétisant les découvertes effectuées au fil de l'analyse de la crise sanitaire et apportant un éclairage nouveau sur les changements politiques et sociétaux qui ont marqué 2020. Je vous tiendrai au courant de l'avancement sur le forum du blog!

BlogaBJ