C'était annoncé, après la Pâques c'est la Noël qui est dans le viseur...

  • Face à une augmentation 'exponentielle' des infections, plusieurs pays d'Europe vont reconfiner pour les périodes de fêtes:

  • L'Allemagne va fermer tous ses commerces 'non essentiels' du 16 décembre au 10 janvier. Et les rassemblements de plus de 5 personnes de foyers différents seront interdits (avec une relax pour le réveillon). Les croyants sont invités à suivre la messe de Noël à la télévision.

  • Les Pays-Bas aussi fermeront tous les commerces 'non essentiels' et les écoles à partir du 16 décembre jusqu'au 19 janvier. Un maximum de 2 invités par jour pour chaque foyer sera autorisé (avec une relax à 3 pour le réveillon).

  • La Tchéquie va limiter les rassemblements en intérieur et en extérieur à 6 individus (contre 10 et 50 actuellement) et va instaurer un couvre-feu commençant à 10 heures du soir.

  • L'Italie serait aussi en train d'envisager des mesures coercitives entre Noël et nouvel an.

Lecture:

  • Sans compter l'Italie, voilà déjà environ 111 millions d'européens (83+17.3+10.6) privés de Noël, soit près d'un quart de la population européenne. Pour le moment, ce sont les pays très sécularisés et de tradition protestante qui annoncent ces re-confinements. Mais si l'Italie venait à embrayer le pas, cela aurait un retentissement bien plus important et amènerait sûrement la France à reconsidérer les mesures qu'elle compte appliquer sur la période des vacances de fin d'année.

  • De plus, en regardant le graphique ci-dessous, on peut comprendre la position de l'Allemagne qui connaît en ce moment son plus haut taux d'infections; ainsi que celle des Pays-Bas qui sont en passe de renouer avec leur record de novembre. Mais la justification de la Tchéquie et celles éventuelles de l'Italie et de la France sont beaucoup plus mysterieuses. Ces pays sont en nette amélioration depuis leur situation de novembre et semblent encore avoir de la marge avant de revenir à des écueils comparables.

  • Notons pour finir la portée symbolique de mesures empêchant la célébration de Noël. Avec la Pâques, les deux plus grandes fêtes du christianisme auront ainsi été 'interdites' en Europe en 2020. La déchristianisation de l'Europe est-elle le prix à payer pour une sécurité sanitaire relative?

(Références ici et )