En pleine pandémie, un tsunami d'expulsions aux US...

  • Aux US, les expulsions de logements devraient exploser sur la fin du mois d’août. 40 millions d’américains pourraient ainsi perdre leur logement dans les semaines ou mois à venir, ce qui serait 4 fois plus que lors de la Grande Dépression. [Éditeur: la population américaine de 2020 n'est que 2.7 fois supérieure à celle de 1929. Toutes proportions gardées, cela tendrait donc à indiquer que la crise actuelle est 50% plus sévère que celle de 1929 au niveau du logement.]

  • Fin juillet, une interdiction fédérale temporaire de procéder à des expulsions en période de pandémie a pris fin et en prenant en compte les 30 jours de délais usuels avant l'application des expulsions, la vague de celles-ci pourrait commencer à se faire sentir dès la semaine prochaine.

  • Une potentielle décision du gouvernement américain quant à un nouveau plan de sauvetage qui pourrait inclure une aide financière aux personnes touchées par la crise sanitaire est incertaine.

Lecture:

  • Cet article va dans le sens d'une récente étude sur la situation financière de la population aux Etats-Unis. Selon cette étude, 38% des américains qui ont été licenciés ou ont vu leurs revenus chuter à cause du coronavirus sont au bord de la ruine et n'ont pas d’économies leur permettant de tenir plus d'un mois. Pire, 20% ne pourraient tenir que 2 semaines... Lorsque l'on sait que fin juillet 28 millions d’américains avaient fait une demande d'aide sociale consécutive à la perte de leur emploi, la population à risque peut être estimée à plus de 10 millions (dont 5.6 millions en très grande difficulté). En considérant le nombre moyen de personnes par foyer aux Etats-Unis (2.5) on voit donc un risque majeur immédiat pour environ 25 millions d’américains fin août. Ce qui au passage est plus en ligne avec les chiffres enregistrés lors de la Grande Dépression que l'estimation de l'article à 40 millions.

  • En tout cas, une vague d'expulsions est à craindre, alors même que les conditions sanitaires sont loin de s’être améliorées (cf. graphique ci-dessous). La situation sanitaire pourrait donc rapidement se détériorer, ce qui, conjugué avec l'impact économique des expulsions pourrait ébranler la super-puissance et donc entraîner des répercussions sociales et économiques à l’échelle l’internationale (comme ce fut le cas lors de la Grande Dépression).

(Références ici et )