La relocalisation de l’économie américaine par les Etats-Unis

Points principaux:

  • Le président des Etats-Unis a déclaré qu'il n'y a plus d'opposition politique à l’intérieur du pays contre son ambition de relocalisation de la production et des chaînes d'approvisionnement. La crise sanitaire a en effet révélé les conséquences douloureuses d'une trop forte dépendance du pays à l'international par exemple pour se procurer des masques et autre matériel médical.

  • Le président des Etats-Unis a aussi réaffirmé que sa priorité du moment est de faire sortir son pays de la crise (ed. sanitaire et économique), et non pas de se préoccuper des problèmes rencontrés par la communauté internationale.

Lecture:

  • Il faut dire que la crise a déjà été propice à la mise en place de mesures nationalistes par le président américain, par exemple la suspension de l’immigration pour une période de 60 jours (voir ici), ou l’arrêt du financement du WHO (voir ici). Mais cette tendance va sans doute perdurer alors que les Etats-Unis s'enlisent dans la crise économique et sanitaire et, comme on l'apprend avec cet article, que les oppositions politiques ont maintenant disparues...

  • Et maintenant que le président suggère un sevrage des dépendances économiques américaines vis-à-vis de l'international, on devine assez facilement que l'un des pays visé en premier par les US sera la Chine. En effet, avec ~420 milliards de dollars d'importation chinoise en 2019, la Chine représente environ 15% des importations en valeur des US mais dans un même temps n'offre qu'un débouché pour 120 milliards de dollars d'exportation américaines (4% des exportation US)... (lire ici et là).

  • L'accroissement des tensions entre les deux pays devrait donc encore s'accentuer dans les semaines / mois à venir, ce qui ne présage rien de bon, au moment même où l'on apprend que les US ont renforcé leur présence militaire en mer de Chine méridionale (voir la nouvelle ici et comprendre le contexte géopolitique dans mon post du 30 avril "Même en pleine crise du coronavirus, les US et la Chine n'oublient pas leur animosité réciproque").

(Référence ici)