Le dragon rouge prend ses appuis

Points principaux:

  • Pendant que les démocraties occidentales sont aux prises avec le coronavirus, la Chine communiste intensifie son contrôle politique sur Hong Kong et menace Taiwan.

  • A Hong Kong, 14 activistes œuvrant pour plus de démocratie ont déjà été arrêtés, sans que la population ne puisse protester dans le contexte actuel de la crise sanitaire du coronavirus.

  • Du côté de Taiwan, l’armée chinoise augmente ses intrusions dans l'espace maritime taïwanais et la tension monte...

  • Avec ces manœuvres le président chinois chercherait à renforcé son contrôle du parti communiste (son hégémonie est critiquée à cause de sa gestion malheureuse de la crise du coronavirus) et à réunir la population chinoise derrière des motifs nationalistes.

Lecture:

  • Les grands esprits se rejoignent et il n'y a pas que le président des Etats-Unis pour profiter de la crise et faire avancer son agenda politique (on rappelle que ce dernier a récemment fermé les frontières et se prépare à lancer un programme de rénovation de l’infrastructure du pays, 2 promesses de longues dates qu'il peinait à mettre en place*.

  • Mais pour en revenir à la Chine, ces manœuvres sont aussi révélatrices de tendances plus profondes. Ne s'agit-il pas pour Pékin de renforcer et d'unifier la sphère d'influence chinoise? Alors que les US s'opposent de plus en plus ouvertement à la Chine**, c'est aux prémisses de la consolidation du bloc communiste chinois que l'on assiste. Et c'est ironiquement (ou peut-être consciemment?) sous l'impulsion américaine que l'on va finalement retrouver en la Chine un adversaire de poids pour un nouveau chapitre de guerres froides?...

*cf. post "Aux US, en attendant le mur avec le Mexique, le coronavirus fera l'affaire" du 9 avril et "Décidément, 2 trilliards de dollars ne suffisent vraiment pas aux US pour contrer le virus..." du 21 avril

** cf. "Qui va payer la note US du coronavirus? La Chine?..." du 17 et 20 avril

(Référence ici)