Le mécanisme de la crise économique Covid-19 révélé: c'est une histoire de classes...

  • Une étude menée par des économistes de l’université d'Harvard vient détailler les mécanismes de la crise économique engendrée par la pandémie Covid-19 aux Etats-Unis.

  1. Moteur de la crise: la volonté des ménages 'aisés' de s'isoler et de réduire leur dépenses dans les secteurs nécessitant un contact avec autrui (bars, restaurants, hôtels etc.), couplée avec la capacité de le faire via des solutions de télétravail et d'achats en ligne.

  2. Conséquences: la baisse de 70% des revenus des commerces situés dans les quartiers aisés (alors que cette baisse n'est 'que' de 30% pour les commerces des quartiers moins aisés). Cette baisse de revenus des commerces à la clientèle aisée a, à son tour, entraîné le licenciement d'environ 70% de leur main d'oeuvre. Et la principale victime est la main d'oeuvre peu qualifiée.

  3. Critique des mesures de sauvetage: les mesures conventionnelles ne sont pas efficaces. Tandis que les aides financières directes aux ménages ont donné lieu à des dépenses favorisant surtout les grands groupes (e.g. Amazon), les aides aux petits commerces via les prêts PPP (voir le post du 16 juin "Pourquoi est-il si difficile d'aider les petites entreprises aux US?...") ne se sont pas traduites par moins de licenciements pour ceux qui en ont bénéficié.

  4. Solution proposée: le déconfinement ne sera pas suffisant pour restaurer la confiance des ménages. Des mesures sanitaires sont nécessaires.

Lecture:

  • On se doutait bien que la crise avait un impact différent sur chaque classe sociale, maintenant on sait dans quelle mesure. En clair, contraintes et forcées par les élites, les classes 'aisées' réduisent leurs dépenses et leurs contacts avec les 'travailleurs pauvres'. Les 'pauvres', qui n'ont souvent pas le luxe de pouvoir réduire leur dépenses, voient donc maintenant leurs sources de revenu diminuer... La redistribution des richesses par le biais des services entre les deux classes est amoindrie et la conséquence en est simplement un enrichissement relatif des 'riches' et un appauvrissement relatif des 'pauvres'. La trame de toutes les tensions sociales récentes nées de la crise sanitaire est donc avant tout marxiste.

  • On notera au passage la critique des mesures mises en place par le président américain et comme une invitation à penser au vaccin comme la meilleure solution possible. C'est cependant assez peu surprenant lorsque l'on considère que l'auteur principal de l’étude est associé à la fondation MacArthur qui elle-même a souvent des collaborations privilégiées avec la fondation "Open Society" de notre ami Soros et avec la fondation de Bill Gates (voir ici, ici, là et ).

(Références ici et )