Les écoles d'Europe (et surtout de France): lieu de diffusion du savoir, et du coronavirus!

  • La presse américaine rapporte que les écoles sont parmi les plus importants foyers de cas de Covid-19 en Europe; et que les Etats-Unis devrait en tenir compte quant à leur politique de réouverture des écoles.

  • Rien qu'en septembre, 33% des nouveaux foyers déclarés au Royaume-Uni et 35% de ceux déclarés en France le seraient en milieu scolaire, les lycées et universités étant les plus à risque (cf. vu détaillée du cas français sur le graphique ci-dessous).

  • Il est aussi rappelé que malgré des directives de l'OMS, chaque pays a instauré ses propres mesures sanitaires pour les écoles avec un manque flagrant d’homogénéité sur le territoire européen (cf. table ci-dessous).

  • Il y a un mois, les responsables publics avaient minimisé le risque de transmission du virus parmi les enfants et adolescents et avaient insisté sur la nécessité éducative, sociale et économique d'un retour à l’école en présentiel.

Lecture:

  • Voici un article insidieux qui tout en remettant indirectement en cause la politique sanitaire du président américain en exercice, qui on le rappelle a été un défenseur de la réouverture accélérée des écoles, relie une fois de plus dans l'imaginaire américain le coronavirus à la crise sanitaire en Europe et surtout en France. On se rappelle qu'en début de crise le président américain avait accusé l'Europe d'avoir été trop laxiste dans la gestion de ses frontières et d'avoir ainsi favorisé la contamination les Etats-Unis avec le virus 'chinois'...

  • Sans aucune mise en perspective des chiffres de contaminations avec les moyennes nationales des pays (le nombre de nouveaux cas en milieu scolaire entre mai et septembre pointés du doigt par l'article est d'environ 6.250 alors que le nombre de nouveaux cas journaliers en France dépasse régulièrement les 10.000 depuis mi-septembre) et sans mentionner la sévérité des cas (le taux d'hospitalisation ou de décès est en forte baisse comparé au début de la crise sanitaire), on voit bien que l'objectif de l'article est politique et anxiogène. La pression médiatique doit être maintenue jusqu'aux élections présidentielles américaines, et sûrement même jusqu’à Noël... Et il semble y aller de même en France avec une prise de parole imminente du président français qui pourrait 'officialiser' une deuxième vague et instaurer de nouvelles mesures contraignantes (voir ici).

(Référence ici)