Les abattoirs: maillon faible face au coronavirus

  • L'Allemagne reconfine plus de 600.000 habitants suite à l'apparition d'un foyer d'environ 1.500 cas de covid-19 dans le plus grand abattoir d'Europe.

  • De nombreux foyers se sont déjà déclarés dans les abattoirs en Europe et aux Etats-Unis. Les experts estiment en effet que ces derniers offrent des conditions favorables à la propagation du virus:

  1. Un environnement intérieur froid et humide. Le virus pourrait ainsi survivre plus longtemps sur les surfaces infectées.

  2. Des machines bruyantes. Les employés doivent élever la voix et réduire la distance les séparant pour communiquer entre eux, facilitant ainsi la propagation du virus.

  3. La proximité entre les travailleurs. Le travail à la chaîne, avec des employés fatigués et proches les uns des autres pourrait aussi faciliter la transmission du virus.

  4. Des conditions sociales précaires. Les travailleurs en abattoir sont souvent étrangers ou issus des classes défavorisées, et connaissent des conditions de travail précaires. Ne pouvant pas bénéficier de congés payés, et craignant de perdre leur emploi, ils sont plus enclins à venir travailler même en étant malades.

Lecture:

  • On se souvient qu'en avril dernier les Etats-Unis étaient paniqués à l'annonce que 80% de leur production de viande risquait d’être stoppée, conséquence de la fermeture de nombreux abattoirs pour cause de coronavirus. Le président américain s'était alors montré déterminé à ordonner le maintien forcé de l'exploitation des abattoirs et autres usines de production alimentaire carnée si nécessaire (cf. post du 27 avril "Le grand retour du rutabaga!" et son suivi dans le post du 29 avril)...

  • Le site allemand en question ici est le plus grand abattoir d'Europe en viande de porc. Il représente environ 27% du marché allemand (cf. illustration ci-dessous). On est donc bien loin d'un risque à 80% sur l'approvisionnement en viande des européens (pour le moment?). Mais l'apparition de foyers dans les abattoirs révèle cependant que certaines activités industrielles sont plus à risque que d'autres et que ces industries doivent mettre en place des mesures sanitaires drastiques.

  • Terminons avec un regard sur la situation du point de vue des consommateurs. Tout d'abord, une cuisson de la viande à plus de 70 degrés pendant 'plusieurs' minutes détruit le coronavirus. Il n'y aurait donc pas de risque à consommer la viande produite même par des abattoirs dans lesquels certains employés auraient été déclarés malades. Cependant, la fermeture temporaire ou le ralentissement de certains abattoirs (foyers d'infection) couplée à la mise en place de mesures sanitaires potentiellement coûteuses devrait sans doute entraîner l'augmentation du coût de la viande. Et dans les conditions sociales actuelles (e.g. taux de chômage record), on peut se demander si la majorité des français sera toujours en mesure de "s'offrir" de la viande...

[L'abattoir allemand foyer de cas de coronavirus]

(Références ici et là)