Pause dans la crise du coronavirus, revenons-en à la crise des hôpitaux...

  • Le gouvernement devrait débloquer 300 millions d’euros afin de revaloriser les salaires du personnel médical hospitalier (100.000 médecins).

  • La semaine dernière, le gouvernement annonçait une enveloppe de 6 milliards d'euros pour les personnels soignants non médicaux des établissements de soins publics et privés (1,2 million de salariés pour la seule fonction publique hospitalière).

  • Les syndicats ont exprimé leur mécontentement.

Lecture:

  • Remettons d'abord cette annonce dans son contexte. Elle arrive alors que l'on croît voir une 'sortie de crise' sanitaire avec la réouverture de l’économie et la baisse du nombre de cas de coronavirus. En ce sens, 3.000 euros par médecin, ce qui représente une hausse moyenne de salaire d'environ 3 %, peut être vu comme la gratification pour leurs efforts pendant les 5 mois de la crise Covid-19.

  • Mais sans entrer dans le débat si ce montant est suffisant ou pas, notons qu'aux yeux du corps médical hospitalier cette enveloppe n'a pas seulement vocation à les remercier pour leur dévouement pendant la crise sanitaire. Elle doit également répondre à la crise des hôpitaux, qui battait déjà son plein avant l’arrivée du coronavirus, avec des manifestations en 2019. Rappelons les caractéristiques de cette crise des hôpitaux:

  1. Une charge de travail en augmentation, du fait de l'augmentation de la population française (surtout âgée).

  2. Un manque de budget supplémentaire. En fait le budget des hôpitaux en 2018 a été de 80.7 milliard d'euro, soit 1.5 milliards de plus qu'en 2017, mais dans le même temps il a été demandé aux hôpitaux d’économiser 1.6 milliards... (voir ici)

  3. Des conditions de travail dégradées. Résultat de la réduction du nombre de lits en hôpitaux à travers la 'consolidation' de services sur le réseau hospitalier et de la charge de travail qui augmente, les heures passées en consultation ont augmenté (cf. graphique ci-dessous).

  • Dans cette perspective, on voit mal comment une augmentation de salaire à elle seule pourrait résoudre de manière durable les problèmes liés au déblocage de moyens pour les hôpitaux (lits, matériel, personnel...). Et l'on espère que d'autres mesures soient en préparation et soient annoncées rapidement.

  • On comprend aussi très mal le moment choisi par le gouvernement pour annoncer une décision si conflictuelle... Penserait-il déjà avoir vaincu le coronavirus? Alors même que le nombre de cas de personnes infectées est en augmentation ailleurs dans le monde* et qu'une deuxième vague ne manquera pas tôt ou tard de déferler en Europe... Espérons que les médecins se souviendront de leur serment d'Hippocrate le jour où un ce ces politiciens tombera malade et viendra dans leurs urgences...

cf. post du 24 juin "Rouvrir les frontières? Avec la Chine oui, mais pas avec les Etats-Unis!"

(Références ici, ici et )