Un abattage en masse pour sauver le vaccin à venir?

  • Le Danemark va abattre sa population de visons d’élevage, qui s’élève à environ 17 millions, pour éviter qu'une souche mutante du coronavirus trouvée chez l'animal et plus résistante aux traitements (antibiotiques et à terme peut-être aussi au futur vaccin) ne se transmette aux humains. L’armée et la police devraient être appelées en renfort pour l'abattage en masse.

  • Les élevages de visons d'Europe du nord ont été touchés par la pandémie et n'ont pas réussi à se débarrasser du virus par des abattages ciblés des animaux infectés. Les exploitants recevront une compensation financière pour leurs pertes d'exploitation.

  • Environ 60 millions de visons sont élevés pour leur fourrure à travers le monde. L'Europe est le principal producteur et le Danemark représente un peu moins de la moitié de la production européenne (cf. graphique ci-dessous).

Lecture:

  • Il est entendu que l'industrie du vison d’élevage était déjà appelée à disparaître en Europe (au profit des fourrures synthétiques issues de l'industrie pétrochimique). Les Pays-Bas par exemple visaient 2024 pour sortir de cette industrie. Le coronavirus aura donc accéléré ce processus. Mais l'on est surpris de la rapidité de décision et d'action sur ce sujet de la part des autorités des pays concernés, alors que l'OMS était plus réservé et appelait à une étude plus poussée sur les mécanismes de réinfection des humains par le vison. Il faut dire qu'il faut évidemment sauver le vaccin à tout prix (?)...

  • Notons aussi que le vison n'est pas le seul animal sujet au Covid-19. Des cas de chiens et de chats infectés ont aussi été observés. Pourquoi ne pas alors abattre tout les animaux de compagnie d'Europe? Nemo (le chien turbulent du président français) n'a qu'à bien se tenir...

(Références ici, ici, ici, et )