Un PIB français à -11% sur 2020 selon le gouvernement. 'Impossible' selon le BlogaBJ...

Points principaux:

  • Le gouvernement français a annoncé qu'il anticipe désormais une contraction de 11% du PIB français sur 2020, une révision à la baisse comparé aux -8% qui était le chiffre retenu jusqu'à présent.

  • Pour autant, le ministre de l'Economie et des Finances s'est voulu rassurant et a indiqué qu'en dépit de cette chute brutale de la croissance, il n'avait pas en tête de revenir sur les baisses d'impôts.

Lecture:

  • C'est impossible! On l'a vu sur le cas américain il y a 2 jour (cf. post "PIB américain en berne et sans perspective de mieux avant 2022... Les militaires dans les rues!"). Un mois de confinement c'est environ 50% du PIB en 'temps normal'. Donc 2 mois de confinement sur le deuxième trimestre nous donne un PIB maximum de 67% du PIB en 'temps normal'. Et avec le PIB des 2 premiers trimestres à -6% (cf. Insee ici) et -33% (cf. raisonnement ci-dessus), le PIB sur l’année 2020 sera au plus à -20% de sa valeur en 2019. Enfin si l'on prend en compte un retour à l’activité économique normale étalée sur plusieurs années comme de nombreux économistes le pensent (cf. toujours le même post du 1er juin), on anticipe plutôt un chiffre entre -20% et -25%... Je prends position sur cette projection, et je mets 5 bouteilles de champagne en jeu (voir les détails sur le forum dans la discussion 'Pari sur le PIB français 2020')!

  • Au final, il y a assez peu de chance que le gouvernement français croit en ses propres chiffres. Il est plus probable qu'il tente surtout de minimiser dans l'esprit des français l'impacte économique de la crise sanitaire et du confinement dont il est responsable. Et on comprend qu'il soit effrayé de reconnaître l'ampleur de la crise économique, car comme on l'a vu aux Etats-Unis, une crise économique massive s'accompagne de soulèvements violents de la population. On rappelle la gravité de la situation aux USA: des manifestations violentes, des pillages, des couvre-feux, vendredi dernier un président américain qui se réfugie dans son bunker de la maison blanche apeuré par la tournure des manifestations, et lundi dernier toujours ce même président qui avance l'idée d'engager l’armée régulière pour forcer un retour au calme (en invoquant la loi anti-insurrection) - voir ici et .

Pour référence la courbe du PIB français par trimestre - à comparer à celle du PIB américain par trimestre présentée dans le post du 1er juin. Les similitudes sont frappantes.

(Référence ici)