Une enquête ouverte sur la gestion de la crise. On trouvera ceux qui ont oublié de fermer la porte!

Points principaux:

  • Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire sur la gestion critiquée de la crise sanitaire en réponse aux plaintes déposées par des proches de victimes et des organisations professionnelles.

  • Cette enquête vise principalement les chefs de "mise en danger de la vie d’autrui" et "d’homicides et blessures involontaires" mais selon les mots du procureur de Paris "n’est pas là pour définir des responsabilités politiques ou administratives". Son hypothèse de travail est que les fautes identifiées seront "très probablement des fautes non intentionnelles".

  • C’est la première fois que des plaintes sont déposées alors que la crise bat son plein. Dans les dernières grandes affaires de santé publique (sang contaminé, amiante...), la justice est intervenue bien a posteriori.

Lecture:

  • Le procureur de Paris qui se verra sans doute confier le dossier est Rémy Heitz. Pour la petite histoire, sa désignation à ce poste a fait polémique en 2018 lorsque le président de la République a tranché en sa faveur contre les candidats retenus par la garde des Sceaux. Les magistrats avaient même déploré le fait qu'il y aurait dès lors des doutes sur l'impartialité du futur procureur de Paris (lire ici)...

  • Mais pas de soucis à se faire sur ce dossier concernant la 'gestion de la crise coronavirus', puisque le ton est donné d’entrée! Les responsabilités politiques ou administratives ne seront pas recherchées. On s'attachera principalement à trouver des fautes non intentionnelles... On pressent donc bien se dessiner des conclusions du genre 'responsable pas coupable' avec tout au plus des condamnations avec sursis (si condamnations).

  • Ce sont malheureusement des décisions politiques et administratives qui ont aggravées la crise sanitaire (e.g. tenu des élections en pleine phase de propagation du virus, délai d'approvisionnement en masques etc.). Et tant que les raisons qui font que les politiciens et hauts dirigeants français peuvent mettre impunément en péril le travail et la vie des français n'auront pas été comprises et révélées, rien ne pourra être amélioré. A quelques mois (semaines?) de la seconde vague, on aurait préféré une remise au point politico-administrative rapide et complète...

(Référence ici)