Une reprise économique qui favoriserait les plus riches?

  • Les économistes américains suggèrent que la reprise sera différente selon les secteurs d'activités, la nature des professions et le niveau de revenus, ce qui aura tendance à accroître les inégalités entre ceux qui profiteront rapidement de la reprise et ceux qui souffriront de manière prolongée de la crise.

  • En particulier, ils soulignent l’écart entre le monde de la finance, qui est déjà revenu à son niveau pré-coronavirus et l’économie "réelle", toujours en berne (cf. graphiques ci-dessous). Ce rebond de la finance, porté par la montée en valeur des entreprises de software (Apple, Microsoft) et de certaines entreprises de vente en détails spécialisées ('Home Depot') en plus de profiter aux hauts responsables de ces entreprises profitent surtout aux 1% des américains les plus riches, qui possèdent 52% des actions et fonds de mutuels du pays.

  • Du fait d'une forme constituée de 2 lignes divergentes pour représenter la reprise suivant que l'on considère certaines catégories socio-économiques ou d'autres, les économistes évoquent une reprise en 'K'.

Lecture:

  • 'Mieux vaut tard que jamais', les économistes s’aperçoivent que la crise du coronavirus ne fait qu'accentuer l'appauvrissement des pauvres et l'enrichissement des riches, phénomène déjà bien en place avant la crise d'ailleurs. On est cependant rassuré de voir les économistes porter une vision factuelle et objective sur la crise, sans se laisser (pour le moment?) influencer par le discours politique. Car la reprise en 'V' tant espérée et vendues par nos politiciens ne sera en 'V' que pour les plus riches. Sa forme accomplie est un 'K' (mais déguisé en 'V').

(Références ici, ici et )