Vers une vaccination obligatoire...

Points principaux:

  • D’après une étude, seulement la moitié des américains souhaitent se faire vacciner contre le coronavirus, 30% d'entre eux seraient indécis et 20% y seraient opposés (cf. premier graphique ci-dessous).

  • Selon l'avis d'experts médicaux, il faut au moins 70% de la population vaccinée pour atteindre l’immunité collective. Et étant donné qu'une partie de la population n'est pas vaccinable (car immunodéprimé, ou trop âgée etc.), il faudrait un taux de vaccination supérieur à 70% sur la population vaccinable.

  • Parmi les américains ne souhaitant pas se faire vacciner, 70% craignent des effets secondaires au vaccin (cf. deuxième graphique ci-dessous).

Lecture:

  • Tout d'abord, on comprend bien que la moitié de la population américaine soit plutôt méfiante vis-à-vis d'un potentiel vaccin qui serait développé en temps record c'est-à-dire en moins d'un an depuis l'apparition de ce virus 'complètement' nouveau.

  • Mais au-delà des doutes exprimés par la population, on remarque que parmi les experts médicaux consultés, celui qui insiste le plus sur la vaccination d'une large partie de la population vaccinable est président d'un centre de réflexion ('think tank') partenaire de la fondation de Bill Gates, qui est elle-même très impliquée dans le développement d'un vaccin (détails ici)... On est à deux doigts d'une recommandation de campagne de vaccination obligatoire! Une recommandation qui sera sûrement approuvée par la communauté médicale si le choix qui s'offre à elle est une vaccination obligatoire d'un côté et la vaccination (sur base du volontariat) d'à peine la moitié de la population de l'autre.

  • On notera au passage que cette éventualité (i.e. vaccination obligatoire) est envisagée dans certains articles de presse américaine, comme pour préparer l'opinion publique. Et il faut bien la préparer puisque le mouvement "anti-vaccin" a gagné en amplitude ces dernières années. Il y a même 5 états US (dont New-York) où des raisons religieuses peuvent justifier une dérogation à la vaccination des enfants en milieu scolaire. C'est donc probablement une confrontation entre le monde médical et celui religieux qui devrait s'engager avec la fin du développement du vaccin...

(Références ici, ici et là)